L’église de la Garde à l’école de “Laudato si”

Avoir une démarche écologique en paroisse ; Pourquoi ? Que Faire ?

 

Pourquoi ? Pour au moins 2 bonnes raisons !

1- Parce que la crise écologique nous engage à  entendre le cri de la terre qui « gémit en travail d’enfantement » (Rm8, 22) et à choisir dans l’espérance, des modes de vie qui préparent l’émergence d’une création nouvelle maintenant et au-delà.

2- Parce que nous avons intégré les propos du Pape François dans son encyclique « Laudato si » de 2015, dont voici un florilège.

 

Paragraphe 79 :

« …en finir aujourd’hui avec le mythe moderne du progrès matériel sans limite ».

 

Paragraphe 211 :

« Accomplir le devoir de sauvegarder la création par de petites actions est très noble et il est merveilleux que l’éducation soit capable de les susciter jusqu’à en faire un style de vie…Tout cela fait partie d’une créativité généreuse et digne qui révèle le meilleur de l’être humain…Il ne faut pas penser que ces efforts ne vont pas changer le monde… ».

 

Paragraphes 216 à 221 :

« Il ne sera pas possible de s’engager dans de grandes choses sans une mystique qui nous anime, sans les mobiles intérieurs qui motivent et donnent sens  à l’action personnelle et communautaire.

Vivre  la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu… n’est pas quelque chose d’optionnel… La conversion écologique … est aussi une conversion communautaire.… elle implique … une reconnaissance du monde comme don reçu de l’amour du Père, ce qui a pour conséquence des attitudes gratuites de renoncement et des attitudes généreuses même si personne ne les voit ou ne les reconnait…

 

Paragraphes 221 à 226 :

« La spiritualité chrétienne  … encourage un style de vie…capable d’aider à apprécier … les choses sans être obsédé par la consommation. C’est un retour à la simplicité… sans nous attacher à ce que nous avons ni nous attrister de ce que nous ne possédons pas…

 

On peut vivre intensément avec peu, surtout quand on trouve satisfaction dans les rencontres fraternelles, dans le service, dans le déploiement de ses charismes, dans la musique et l’art, dans le contact avec la nature, dans la prière.

La disparition de l’humilité chez un être humain, enthousiasmé par la possibilité de tout dominer sans aucune limite, ne peut finir que par porter préjudice à la société et  à l’environnement.

Il n’est pas facile de développer cette saine humilité ni une sobriété heureuse si nous excluons Dieu de notre vie …si nous croyons que c’est notre propre subjectivité qui détermine ce qui est bien ou ce qui est mauvais…

Aucune personne ne peut mûrir dans une sobriété heureuse, sans être en paix avec elle-même… Amplifier ce que nous entendons par paix, qui est beaucoup plus que l’absence de guerre. La paix intérieure tient dans une large mesure, de la préservation de l’écologie et du bien commun…

 

La nature est pleine de mots d’amour, mais comment pourrons-nous les écouter au milieu du bruit constant, de la distraction permanente et anxieuse, ou du culte de l’apparence ?.

Beaucoup de personnes font l’expérience d’un profond déséquilibre qui les poussent à faire les choses à toute vitesse … Cela a un impact sur la manière dont on traite l’environnement…

Nous parlons  d’une attitude du cœur qui vit tout avec attention sereine… qui se livre … comme un don divin …Jésus nous enseignait cette attitude… quand en présence d’un homme inquiet « il fixa sur lui son regard et l’aima » (Mc10, 21)…. Il nous a ainsi montré un chemin pour surmonter l’anxiété maladive qui nous rend superficiels, agressifs et consommateurs effrénés… »

 

Paragraphe 231 :

« L’amour de la société et l’engagement pour le bien commun sont une excellente forme de charité …Dans ce cadre, joint à l’importance des petits gestes quotidiens, l’amour social nous pousse à penser aux grandes stratégies à même d’arrêter efficacement la dégradation de l’environnement ».

Que faire comme démarche écologique ?

C’est le challenge du logo «  paroisse  verte » qui doit déboucher sur des actions concrètes vis-à-vis du respect et de la sauvegarde la Création, de la sensibilisation au bien commun.

– Célébrations, catéchèses

– Gestion écologique et économe des bâtiments

– Modes « verts » de consommation, de déplacements, dans nos activités en communauté, en groupes, en familles.

 

Activités à la une